INVITATION AU SILYA 2018 - 50 ans d'écriture !

 

Un Homme, une Vision, une Oeuvre - 50 ans d'écriture !

Festival National des Arts et de la Culture FENAC 2017

Rencontre Internationale de Douala - Préservation et transmission de la mémoire collective de l’Afrique - Témoignages africains et littérature orale pendant les débuts de l’histoire coloniale
Symposium international de Vienne – Témoignages africains et littérature orale comme sources d’histoire coloniale
Slon du livre de Libreville 2017
Festival National des Arts et de la Culture FENAC 2016

Bienvenu au Fenac 2016

Sous le très haut patronage du Président de la République, le festival national des arts et de la culture (FENAC) s’est ouvert ce mardi à Yaoundé.

La Huitième édition du Festival National des Arts et de la Culture (FENAC) sous le thème culture et émergence du Cameroun se veut l’illustration quasi parfaite de la diversité du patrimoine camerounais est exposé dans toute sa diversité. Au menu de ce rendez-vous culturel : spectacle de musiques, expositions au monument de la réunification, peinture, photographie, théâtres, contes, légendes et danses patrimoniales des quatre coins du Cameroun.

Jusqu’au 13 novembre prochain, les populations auront l’occasion de visiter toutes les aires culturelles (Sawa, Grassfields, Fang-bétis et soudano-sahéliens) du Cameroun en allant d’une culture à l’autre. Objectif, montrer qu’« au-delà du foisonnement ethnique, de la pluralité culturelle, il est possible de vivre en paix », indique Jean Jacob Nyobe, l’un des organisateurs. A l’occasion, 130 médailles seront décernées aux artistes et hommes de culture camerounais. Une façon pour le président de la République de « récompenser le talent et le génie Africain », souligne le ministre camerounais des Arts et de la Culture, Narcisse Mouelle Kombi. La cérémonie officielle d’ouverture du Fenac sera présidée mardi 08 novembre par le Premier ministre camerounais Philémon Yang, représentant du Chef de l’Etat Paul Biya.

LES ASPECTS JURIDIQUES DE LA RENCONTRE INTERNATIONALE DE DOUALA – BONABERI, DU 29 FEVRIER AU 03 MARS 2016  SUR LA « MEMOIRE COLLECTIVE »

« Transmettre, donner à l’autre ce que l’on a gardé, sauvegardé, passer le relais et assurer la continuité grâce aux acquis du passé, grâce aux expériences des anciens, aux leçons tirées de l’histoire (…)»

Prince KUM’A NDUMBE III, L’Afrique s’annonce au rendez – vous la tête haute, p. 17

« Une personne dont la mémoire a été effacée ne trouverai pas le chemin de la maison [2]. En ce sens, l’Afrique actuelle ne peut que figurer parmi les têtes de liste d’échantillons d’analyse, ayant un attrait particulier. Son parcours est d’autant plus attractif qu’il ressemble trait pour trait à une série de montagnes Russes, où se suivent le haut et le bas, dans une série parfois déroutante surtout, si l’on s’accorde sur le fait qu’elle est, par principe au départ des civilisations humaines ? Curieux encore ceci l’est d’avantage, lorsque la ligne éditoriale communément répandue, tend malheureusement vers l’idée d’un déclin croissant du continent - mère. Quel paradigme, pour quelle Afrique ?

« A l’ère de la postmodernité, une telle étude, qui conduit à penser une recomposition ou à repenser la composition normative du champ (…) 

[2]  J. D. STEINBRUNER, The cybernetic theory of decision, new dimension of political analysis, Princeton University Press, 1974, p.11 

[3] G. NTONO TSIMI, « Le paradigme du crime contre l’humanité et la renaissance du pluralisme juridique dans les droits pénaux africains : Contribution à une théorie sur l’internormativité des systèmes pénaux nationaux en transition », thèse de Doctorat Ph.D en Droit, Université de Yaoundé II, Ecole doctorale de sciences criminelle

Présenté par Mlle EKOBENA ATEMENGUE MARIE JOSEPH

 

RENCONTRE DE DOUALA

Mémoire collective africaine – Cérémonies, expositions et débats scientifiques

African Collective Memory – Events, Exhibitions, Scientific Debates

Premier séminaire de restitution des travaux relatif au projet de 3 ans :

Préservation et transmission de la mémoire collective de l’Afrique – Témoignages africains et littérature orale pendant les débuts de l’histoire coloniale

Première partie: Contribution à la préservation du patrimoine par des témoins camerounais de l’histoire lors de la naissance du Cameroun moderne de 1884 à 1916 (période de l’Allemagne au Cameroun) et de 1920 à 1930 (période de la France et de la Grande Bretagne au Cameroun)

Date/Lieu: du 29 février au 02 mars 2016, au siège de la Fondation AfricAvenir International sis à Bonabéri, ancienne route, face Royal Palace - Douala, Cameroun

Programme

Lundi 29 février

1. Vernissage de l’exposition « La modernité à la rencontre du passé » avec

-       Les jeunes artistes peintres Moonde Meeden

-       Les savoirs scientifiques africains : Déchiffrage du langage des tambours de communication des peuples africains 1850-1920

Recherche