• Christell Gbaguidi AfricAvenir Berlin à Paris

    Christell Gbaguidi AfricAvenir Berlin à Paris

    29 octobre-02 novembre 2018 50 ans d’engagement pour la libération totale de l’Afrique et pour une nouvellehumanité : Ecritures littéraires, documents historiques, analyses politiques,manifestes pour la renaissance culturelle Célébration de la Mémoire Collective Africaine UNESCO, 7 Place de Fontenoy,75352 Paris 07 SP Lire la suite
  • FRANKFURTER BUCHMESSE 10 OCTOBRE 2018

    FRANKFURTER BUCHMESSE 10 OCTOBRE 2018

    Prince Kum'a Ndumbe III présentant un de ses livres au Dr Lauter ! Lire la suite
  • Dr Lauter  au stand des Editons AfricAvenir

    Dr Lauter au stand des Editons AfricAvenir

    Présence éminente du Dr Lauter signant le livre d’or des 50 ans d’écriture du Prince Kum’a Ndumbe III Lire la suite
  • Fabien EBOUSSI : un intellectuel libre et authentique. Hommage intellectuel

    Fabien EBOUSSI : un intellectuel libre et authentique. Hommage intellectuel

    Fabien Eboussi a tiré sa révérence le 13 octobre 2018 à 84 ans. Il y a trois jours, pourtant, je réécoutais, quasi religieusement, deux de ses conférences sur Internet. Il y parlait avec ce calme, cette rigueur et cette précision qui le caractérisaient. On rendra un hommage mérité à cet intellectuel qui ne parlait jamais au hasard. Lire la suite
  • « RESTITUER RELÈVE DE L'OBLIGATION » PRIX GERDA HENKEL 2018 ATTRIBUÉ À ACHILLE MBEMBE

    « RESTITUER RELÈVE DE L'OBLIGATION » PRIX GERDA HENKEL 2018 ATTRIBUÉ À ACHILLE MBEMBE

    Ce 8 octobre dernier, le Pr Dr Dr h.c. Dr h.c. Achille Mbembe, historien et politologue enseignant à Johannesburg, a reçu à Düsseldorf le Prix Gerda Henkel. En la personne d’Achille Mbembe, l’un des représentants les plus éminents de la théorie postcoloniale sur le plan international reçoit cette année le Prix de la Fondation Gerda Henkel Lire la suite
  • Samedi 20.10.2018, 18h30 - 22h00, Célébration du 50ème anniversaire et réécriture de l'histoire coloniale allemande.

    Samedi 20.10.2018, 18h30 - 22h00, Célébration du 50ème anniversaire et réécriture de l'histoire coloniale allemande.

    Prince Kum'a Ndumbe III. Informations sur l'événement Date 20.10.2018, 18h30 - 22h00 Adresse: Alte Feuerwache, Axel Springer Str. 40/41, 10969 Berlin Prince Kum'a Ndumbe III. Activité littéraire anniversaire 50 ans et Réécrire l'histoire coloniale allemande du point de vue du colonisé Le fondateur de la Fondation AfricAvenir International, le prince Kum`a Ndumbe III, est le petit-fils et l'héritier du trône du roi Lock Priso Bell, le premier à s'être opposé au colonialisme allemand au Cameroun et, malgré les intentions du pouvoir colonial allemand, il a survécu. Lors de l'assaut de son palais en décembre 1884, les colonialistes allemands déportèrent en Allemagne l'un des objets et signes les plus importants de son règne (le Tangue). Aujourd'hui, il s'agit d'une exposition au musée Fünf Kontinente à Munich. Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
Les prochains évènements

Il n'y a pas d'évènement.

Toutes nos recommendations
Liens & Articles

Il n'y a pas d'évènement.

Quand on t’a volé ta culture, on t’a volé ton âme, et te développer, émerger, devient une illusion, une perte d’énergie sans fin

Quand on t’a volé ta culture, on t’a volé ton âme,

et te développer, émerger, devient une illusion, une perte d’énergie sans fin[1]

Prince Kum’a Ndumbe III, Prof. Dr. Dr. Phil. Habil. (Emeritus)

 Fondation AfricAvenir International

www.fondationafricavenir.org

I - Violence spirituelle, violence coloniale

Michel Leiris, célèbre écrivain et ethnologue français, en compagnie de Marcel Griaule, le non moins célèbre écrivain et ethnologue parisien, avait noté ceci dans son journal d’une expédition en Afrique :

« Griaule prend deux flûtes et les glisse dans ses bottes… Au village suivant, je repère une case de Kono à porte en ruine, je la montre à Griaule et le coup est décidé. […] Griaule décrète alors, et fait dire au chef de village par Mamadou Vad que, puisqu’on se moque décidément de nous, il faut en représailles, nous livrer le Kono en échange de 10 francs, sous peine que la police soi-disant cachée dans le camion prenne le chef et les notables du village pour les conduire à San où ils s’expliqueront devant l’administration [coloniale, ndlr]. Affreux chantage !... D’un geste théâtral, j’ai rendu le poulet au chef et maintenant, comme Makan vient de revenir avec sa bâche, Griaule et moi demandons que les hommes aillent chercher le Kono. Tout le monde refusant, nous y allons nous-mêmes, emballons l’objet saint dans la bâche et sortons comme des voleurs, cependant que le chef affolé s’enfuit et, à quelque distance, fait rentrer dans une case sa femme et ses enfants en les frappant à coups de bâton. Nous traversons le village, devenu complètement désert, et dans un silence de mort, nous arrivons aux véhicules... Les 10 francs sont donnés au chef et nous partons à la hâte, au milieu de l’ébahissement général et parés d’une auréole de démons ou de salauds particulièrement puissants et osés…

 Avant de quitter Dyabougou, visite du village et enlèvement d'un deuxième Kono que Griaule a repéré en s'introduisant subrepticement dans la case réservée. Mon cœur bat très fort, car, depuis le scandale d'hier, je perçois avec plus d'acuité l'énormité de ce que nous commettons...

  Griaule et moi regrettons que dans cette région il n'y ait plus de Kono. Mais pas pour les mêmes raisons ; ce qui me pousse quant à moi, c'est l'idée de la profanation. »

 

[1] Conférence prononcée par le Prince Kum’a Ndumbe III au colloque du CERDOTOLA, Yaoundé, 18-21 juin 2015

téléchargement 

Recherche