Restitution du patrimoine

Audience publique en vue de la restitution du Tangue de LOCK PRISO BELL

Le projet Collective Memory
Troisième rencontre des transcripteurs au siège de le Fondation AfricAvenir International, Bonabéri Douala
Hommage à un digne fils d'Afrique
Remise de cadeau symbolique au Professeur Théophile Obenga, par Prince Kum'a Ndumbe III
Hommage à un digne fils d'Afrique
Danse rituelle et honneur au Professeur Théophile Obenga, par un groupe de jeunes danseuses du Canton Bele Bele
previous arrow
next arrow
Slider

Elle s’inscrit dans la mouvance des civilités d’usage. Elle commence par le propos introductif du Prince KUM’A NDUMBE III. Puis vient la séance de projection des vidéos pour donner un peu de lisibilité à l’action du Prince des Bele Bele dans le processus de restitution des œuvres d’art du patrimoine culturel africain en général et du Tangué de LOCK PRISO BELL en particulier. Aussi projette-t-on les vidéos relatives à :

  • Son passage au siège mondial de l’UNESCO à Paris : jubilée des 50 ans d’écriture, octobre 2018 ;
  • La déclaration de Bonabéri sur le dialogue et l’action en faveur de la restitution des objets de culte, d’art, des manuscrits et documents et ossements africains du 28 août 2018 ;
  • Au bombardement du palais de LOCK PRISO le 22 décembre 1884 ;
  • La rencontre officielle à Munich pour la restitution du Tangué vidéo, 13 mai 2016 ;

L’Inauguration du Tangué du Prince KUM’A NDUMBE III, à Bonabéri en août 2016 ;

  • La déclaration de l’Ambassadeur d’Allemagne Dr. STELL, face à la presse camerounaise à propos du Tangué du 08 août 2017 ;
  • Au résumé de la visite de la délégation du président MACRON du 16 juillet 2018 ;
  • Position commune de la ministre d’Etat fédérale de la culture Michelle Müntefering et de la ministre d’Etat chargée de la culture auprès de la Chancelière, Monika Grütters ;
  • Au reportage Bayerischer Rundfunk de Grabriele Pfaffenberger, 12 février 2019.

De même au regard de la désinformation ambiante, et de la mauvaise foi de certains partenaires, partie à ce dialogue, et en vue du retour inéluctable du Tangué, le Prince KUM’A NDUMBE III tiendra à faire quelques mises au point utiles, relativement à

  • La question de la légitimité du chef supérieur de Bonabéri, qui n’est pas issu de la famille Bona Kum. A cet effet, des documents utiles seront distribuer aux invités afin que chacun puisse se faire sa propre idée sur la question ;
  • La candidature au siège de chef supérieur Bele Bele de KOUM MBAPPE BELL Richard du 10 décembre 1971, fils de Bona MUJONGUE, candidature non validée par les Bona Mujongue ni par les Bona Kum ;
  • Présentation rituelle du Prince Héritier KUM’A NDUMBE III, 5 avril 1981 ;
  • Au rituel de Bénédiction Sawa à S.E le Président Paul BIYA au palais Présidentiel à Douala, le 24 février 1983 –Mots du Prince Bell KUM’A NDUMBE III au nom et avec l’approbation du peuple Sawa Douala ;
  • La réponse officielle du gouvernement allemand au chef d’orchestre ZUBIN MEHTA, à propos de la restitution du Tangué de LOCK PRISO, 27 juillet 1999.
  • La demande du Professeur Brigitta HAUSER-SCHÄUBLIN, pour l’encadrement de la doctorante Anne SPLETTSTÖSSER à Douala, GÖTTINGEN 1er juillet 2012, auteur d’un article controversé sur le Tangué, dans la presse allemande.

Puis viendra la seconde phase, consacrée à la palabre proprement dite.

Retourné triomphalement au sein de la Fondation AfricAvenir International le 26 juin dernier, le premier prix d’excellence de la meilleure bibliothèque privée au Cameroun trône désormais fièrement dans les armoires de la Bibliothèque Cheikh Anta Diop au siège de la fondation ici-même à Douala. Il prend enfin la place qui lui est due auprès de tant d’autres distinctions honorifiques décernées à la fondation à travers le monde. Dans une ambiance toute particulière, il a été allégrement célébré et présenté au public camerounais. Sont venus nombreux des médias nationaux (Canal 2 International, STV, CRTV, ABK, TV Camnews24 TV, Nouvelle Expression, etc.), des responsables administratifs et traditionnels, des invités de différentes couches de la société civile qui ont manifesté leur intérêt et leur enthousiasme en honorant au rendez-vous.

Des documents rares datant de 1850 à nos jours

Des documents rares datant de 1850 à nos joursNos illustres hôtes ont suivi le Prince Kum’a Ndumbe III à travers une visite guidée dans ce labyrinthe livresque et cinématographique qu’est la Bibliothèque Cheikh Anta Diop, où ils reçurent des enseignements authentiques sur l’Afrique pas très courants dans nos institutions universitaires et scolaires. Les visiteurs, stupéfaits par la quantité et la qualité des documents écrits, vidéo et audio (les documents rares tels que les manuscrits du Consul Nachtigal, les vieux livres et cahiers écrits non seulement par les colons mais aussi par les Camerounais de cette époque, les cassettes des vieux ayant vécu la période coloniale allemande, etc.) se trouvant dans ce haut lieu de savoir, ne manquaient pas d’exprimer leur étonnement et leur intérêt. En d’autres termes, ce fut une visite très édifiante, riche en histoire et en culture, ce qui leur permit enfin d’avoir un aperçu de toute la richesse, du potentiel et du génie noir.

Le Prince Bele Bele, président fondateur d’AfricAvenir International n’a pas manqué de présenter les différentes difficultés auxquelles la bibliothèque fait face ainsi que les défis énormes qu’ elle doit relever dans son combat quotidien contre l’humidité et les inondations qui déciment progressivement de nombreux livres parfois en exemplaires uniques dans le monde. Il lança pour cela un vibrant appel aux autorités des institutions camerounaises et internationales à l’aider dans cette lourde tâche qu’est la réhabilitation, la conservation et l’enrichissement de ce patrimoine culturel africain et humain qu’il aimerait léguer à la postérité. Voilà pourquoi la préservation et la transmission de la mémoire collective africaine reste au coeur de ses préoccupations. Heureusement, la Gerda Henkel Stiftung, une institution allemande s’est montrée sensible à cet appel de détresse et a financé un projet de trois ans dans la fondation. Il consiste premièrement à réhabiliter trois cent vieux livres tombant en désuétude, les numériser, les transcrire, les traduire. Puis, il s’en suivra une publication des témoignages oraux et historiques des vieillards camerounais ayant vécus entre 1884 et 1919.

Enfin, le projet s’achèvera par la sauvegarde des textes sur l’histoire, la religion, et la culture écrits par les camerounais eux-mêmes entre 1920 et 1930. Même si cela est une grande avancée, cette aide reste encore insuffisante pour restaurer complètement la bibliothèque et améliorer la rentabilité et la qualité de ses services.

 

Protocole de communication de la bibliothèque Cheikh Anta Diop: la fiche de communication consacrée à la bibliothèque se présente de la manière suivante :

  • Le lieu de situation de la bibliothèque (au sein de la Fondation AfriAveir International, en face de l’hôtel Royal Palace, ancienne route Bonabéri) ;
  • Les heures de travail à la bibliothèque (de 08 heure à 18h ; tous les jours de lundi à samedi);
  • Les trois compartiments de la bibliothèque (section jeunesse, section recherche, et la médiathèque);
  • Les modalités annuelles d’adhésion : avec à terme, une distinction entre Enfants (10.000FCFA), Etudiants (15.000FCFA), et Travailleurs (25.000FCFA). Cette inscription donne droit aux adhérents de participer ou de bénéficier de certaines facilités notamment, une connexion internet permanente, et les projections du programme médiathèque (dans son volet cinéma) dans sa feuille de route hebdomadaire.
  • Les modalités de consultation des ouvrages. Le principe est celui de la consultation sur place des documents. Mais avec la modification substantielle du fonctionnement et la sécurisation des procédures, certaines personnes pourront, en tant que de besoin et à bref délais, consigner les livres pour une période donnée, qui dans tous les cas ne pourra pas excéder une semaine.  Il est aussi envisager la consultation des ouvrages numériques en ligne pour faciliter la tâche des personnes désireux de s’instruire et dont les occupations empêchent ou freinent le déplacement.

PrésentationsImmeuble de 5 étages

Projet de construction (Immeuble futuriste de la mémoire africaine) :

Heritage & Innovations - Fondation AfricAvenir International - douala, Cameroun

logo icone Converti mod AAF colorrr
La Fondation AfricAvenir International est une Organisation Internationale non gouvernementale à but non lucratif basée à Douala au Cameroun et dont l’objectif est d’œuvrer pour la Renaissance africaine, le Développement endogène, la Coopération internationale et la Paix durable. Fondée en 1986 par son promoteur le Prince et Professeur Kum’a Ndumbe III.

Souscrire aux notes d'informations

Nous trouver à

MAIN OFFICE:
BP.: 9234 Douala Viè Bonabéri Cameroun

00237 695554498
secretariat@fondationafricavenir.org

Lundi - Vendredi : 8h00 - 18:00
         Samedi : 8h00 - 14h00 ; Dimanche : Fermé

Envoyez-nous un message