Section recherche de la Bibliothèque Cheikh Anta Diop

PREMIER PRIX D’EXCELLENCE DE LA MEILLEURE BIBLIOTHEQUE PRIVEE AU CAMEROUN : LA BIBLIOTHEQUE CHEIKH ANTA DIOP DE LA FONDATION AFRICAVENIR INTERNATIONAL A DOUALA RAFLE LA MISE

Retourné triomphalement au sein de la Fondation AfricAvenir International le 26 juin 2015, le premier prix d’excellence de la meilleure bibliothèque privée au Cameroun trône désormais fièrement dans les armoires de la Bibliothèque Cheikh Anta Diop au siège de la fondation ici-même à Douala. Il prend enfin la place qui lui est due auprès de tant d’autres distinctions honorifiques décernées à la fondation à travers le monde. Dans une ambiance toute particulière, il a été allégrement célébré et présenté au public camerounais. Sont venus nombreux des médias nationaux (Canal 2 International, STV, CRTV, ABK, TV Camnews24 TV, Nouvelle Expression, etc.), des responsables administratifs et traditionnels, des invités de différentes couches de la société civile qui ont manifesté leur intérêt et leur enthousiasme en honorant au rendez-vous.

Le Prince BeleBele, président fondateur d’AfricAvenir Internationaln’a pas manqué de présenter les différentes difficultés auxquelles la bibliothèque fait face ainsi que les défis énormes qu’ elle doit relever dans son combat quotidien contre l’humidité et les inondations qui déciment progressivement de nombreux livres parfois en exemplaires uniques dans le monde. Il lança pour cela un vibrant appel aux autorités des institutions camerounaises et internationales à l’aider dans cette lourde tâche qu’est la réhabilitation, la conservation et l’enrichissement de ce patrimoine culturel africain et humain qu’il aimerait léguer à la postérité. Voilà pourquoi la préservation et la transmission de la mémoire collective africaine reste au cœur de ses préoccupations. Heureusement, la Gerda Henkel Stiftung, une institution allemande s’est montrée sensible à cet appel de détresse et a financé un projet de trois ans dans la fondation. Il consiste premièrement à réhabiliter trois cent vieux livres tombant en désuétude, les numériser, les transcrire, les traduire. Puis, il s’en suivra une publication des témoignages oraux et historiques des vieillards camerounais ayant vécus entre 1884 et 1919. Enfin, le projet s’achèvera par la sauvegarde des textes sur l’histoire, la religion, et la culture écrits par les camerounais eux-mêmes entre 1920 et 1930. Même si cela est une grande avancée, cette aide reste encore insuffisante pour restaurer complètement la bibliothèque et améliorer la rentabilité et la qualité de ses services.

Des documents rares datant de 1850 à nos jours

Nos illustres hôtes ont suivi le Prince Kum’a Ndumbe IIIà travers une visite guidée dans ce labyrinthe livresque et cinématographique qu’est la Bibliothèque CheikhAntaDiop, où ils reçurent des enseignements authentiques sur l’Afriquepas très courants dans nos institutions universitaires et scolaires. Les visiteurs, stupéfaits par la quantité et la qualité des documents écrits, vidéo et audio (les documents rares tels que les manuscrits du Consul Nachtigal, les vieux livres et cahiers écrits non seulement par les colons mais aussi par les Camerounais de cette époque,les cassettes des vieux ayant vécu la période coloniale allemande, etc.)se trouvant dans ce haut lieu de savoir, ne manquaient pas d’exprimer leur étonnement et leur intérêt. En d’autres termes, ce fut une visitetrès édifiante, riche en histoireet en culture, ce qui leur permit enfin d’avoir un aperçu de toute la richesse, du potentiel et du génie noir.

Sous les projecteurs des caméras, harcelé par nombre de micros et de questions, le professeur Kum’a Ndumbe III accorda des interviews aux journalistes non sans leur inoculer ce précieux virus qu’est la prise de conscience. Les parutions phares de la maison d’édition AfricAvenir/Exchange & Dialogue (L’Afrique s’annonce au rendez-vous, la tête haute !, Nouvelles Interdites, Redécouvrir Sankara, Africa is Calling, Quel Cameroun voulons-nous pour nos enfants, et bien d’autres encore) ont été exposées à la grande satisfaction du public qui pouvait ainsi découvrir et apprécier les produits de la fondation. La Bibliothèque Cheikh Anta Diop demeure un centre d’excellence dans lequel foisonnent les trésors méconnus de la science.

Consciente du fait qu’aucun peuple ne peut se développer avec la culture et la langue d’un autre, la Bibliothèque Cheikh Anta Diop met un point d’honneur sur les langues maternelles camerounaises en particulier et africaines en général. Oui, c’est aussi cela AfricAvenir : promouvoir l’expression en langues locales et les revaloriser. Telle est l’une des aspirations profonde de la Bibliothèque Cheikh Anta Diop qui compte de nombreux livres écrits en plus de 81 langues camerounaises et dont l’ambition est d’en avoir davantage. AfricAvenir International est donc un centre d’excellence qui promeut le confort intellectuel des Africains (à travers sa bibliothèque bien fournie), un enracinement profond dans l’histoire et les valeurs traditionnelles locales et enfin une promotion du génie africain à travers le cinéma et les arts.

The Prince of the Bele Bele and founding President of AfricAvenir International, did not fail to expose the many difficulties and challenges facing the library, such as moisture and floods which progressively annihilate the world’s last existing copies of numerous books. He sent a vibrant call to Cameroonian institutional and administrative authorities to support him with the heavy task of rehabilitating, safeguarding and enlarging this African and all human cultural and scientific patrimony he wishes to bequeath to future generations. This is why the preservation and transmission of collective memory represents the core of his preoccupations. Fortunately, the German institution called Gerda Henkel Stiftung heard the desperate call and now supports a three-year project by the Foundation. The first step will be to digitalize, transcribe and translate oral and historical testimonies by old witnesses to German colonial era who had lived between and 1919. Secondly, it will be dealt with the safeguarding of texts on religion, history and culture by Cameroonians between 1920 and 1930. Finally, the project will be completed by the rehabilitation and digitalization of three hundred old and rare books by European authors on the birth of modern Cameroon. The books will be then put at public’s disposal and made available for research. This partnership being a great leap, it’s still insufficient to completely restore the library and improve its services quality.

Rare documents dating back from 1850 to current day

Our valuable guests followed the Prince on a guided visit through this bookish and cinematic fortress called the Cheikh Anta Diop Library, where they received authentic teachings about Africa, as those are scarce to find in our academic and university institutions. The visitors were struck by the quality and volume of audio, video and written material like tape-recorded testimonies  by old Cameroonian witnesses to the German  colonial conquest in Cameroon, rare documents by then Consulate Nachtigal, old writing- and print books by not only colonists but also by Cameroonians alive during the German colonial era. Discovering all this treasure in this knowledge sanctuary boosted their astonishment and further interest. Put differently, it was an inspiring visit, full of history and culture, and which helped them have an overview of the Black Genius’s abundance and potential.

Recherche