La Rencontre Internationale de Douala RID 2016

Le grand succès de la Rencontre Internationale de Douala

Le Ministre des Arts et de la Culture du Cameroun est venu lancer les travaux à la

Fondation AfricAvenir International.

« Mon bonheur est grand, de prendre la parole, ce jour, à Bonabéri, à la Fondation AfricAvenir International qu’à titre personnel je fréquente depuis sa naissance, pour procéder à l’ouverture de la Rencontre Internationale de Douala autour de la transmission de la mémoire collective africaine […] Que la Fondation AfricAvenir International ait décidé de consacrer plusieurs journées, et des moyens à la célébration de la transmission de la mémoire collective africaine, est une initiative louable et fort opportune. En effet, certains arts, savoir-faire, pratiques sociales et rituelles ainsi que les connaissances endogènes concernant la nature et l’univers, de valeurs parfois inestimables, sont menacés de disparition dans nos pays : Il est urgent de les identifier, de les cartographier, de les archiver et de les sauvegarder. Car tous ces éléments nous relient à notre mémoire, ils nous relient à notre histoire commune, ils nous relient à nos terroirs, ils nous relient à nos territoires  […] » Tels étaient les propos de S.E. Professeur Mouelle Kombi lors de l’ouverture de la Rencontre Internationale de Douala.

La Fondation AfricAvenir International a gagné le pari d'une Grande Rencontre Internationale réussie sur la publication des premiers résultats de son projet de 3 ans sur la mémoire collective en partenariat avec la Gerda Henkel Stiftung : Son Excellence Mr. Le Professeur Narcisse MOUELLE KOMBI, Ministre des Arts et de la Culture du Cameroun est venu personnellement, et a procédé à l'ouverture solennelle de la Rencontre Internationale de Douala, tenue au siège de la Fondation AfricAvenir International, le lundi 29 février 2016. Le Ministre MOUELLE KOMBI entrera ainsi dans l'histoire comme étant le premier membre du Gouvernement, à être venu officiellement au siège de ladite fondation. Et de surcroît, c'est le Ministre des Arts et de la Culture en exercice qui fera ce premier geste hautement significatif, symbole de la préoccupation du Gouvernement quant à la sauvegarde du patrimoine culturel. Pour la première fois également, le Gouverneur de la Région du littoral, en la personne de Mr. IVAHA DIBOUA Samuel, a répondu de sa présence, à l'invitation du Prince Kum'a Ndumbe III à la grande rencontre de plusieurs pays, notamment la Gambie, l'Allemagne, le Mali, la Corée du Sud, le Cameroun, la France, le Gabon et le Ghana. Plusieurs Rois de toutes les régions du Cameroun tels que le sénateur et Lamido du Logone-Birni SM Mahamat Bahar Marouf, SM Old King Priso Ngom Priso Chef Supérieur Bankon d'Abo-Nord,  SM Me Makolle Jean-Jacques Chef Supérieur Bankon d'Abo-Sud, le sénateur SM Jean-Marie Mama, Chef Supérieur de la Lékié,  SM Innocent Nayang Toukam, Chef Supérieur Batoufam, SM Yacouba Mohamadou, Lamido de 1er degré de Mokolo, SM Essawe Njokwe, Chef Supérieur des Bakoko-Mungo, SM Toto Bekombo, Chef Supérieur Pongo, SM Ndofoa Zofoa III, Fon of Babungo, le sénateur SM Dr. Doh Ganyonga III, Fon of Bali-Nyonga, pour ne citer que ceux-là, ont effectivement honoré le rendez-vous.

Le Discours de S.E. Le Professeur Binam Bikoï, Secrétaire Exécutif du CERDOTOLA

Dr. Anna-Monika Lauter, directrice du département « Patrimonies » de la Gerda Henkel Stiftung et représentante de son président, Pr. Dr. Manda Tchebwa Antoine, directeur du CICIBA à Libreville-Gabon, le Dr. Baba Ceesay NCAC (National Center for Arts and Culture) de la Gambie, Dr. Abdel Kader Haidara et Dr. Banzoumana Traoré de l’ONG SAVAMA-DCI et bien d’autres ont aussi honoré ce rendez-vous historique. Nous avons enregistré une quarantaine de journalistes, dames et hommes des médias pour la couverture de cet évènement historique.

Le Discours de Dr. Anna-Monika Lauter de la Gerda Henkel Stiftung

Le Prince Bele Bele Kum’a Ndumbe III, Professeur des Universités, Président-Fondateur d’AfricAvenir International et hôte de l’évènement a ouvert son propos avec une citation du Président de la République du Cameroun Son Excellence Mr. Paul Biya, du 14 septembre 1983:

« Un intellectuel ne vaut que s’il peut élaborer des idées susceptibles de constituer à terme des solutions pour une œuvre aux dimensions de la vie vécue, promouvoir une culture nouvelle, nourrie de nos traditions, mais intégrant résolument les apports du monde moderne, notamment dans le domaine scientifique, s’inspirer de la conscience que l’avenir de la nation se bâtit sur les audaces d’aujourd’hui et sur la générosité des élites»

Le Discours du Prince Professeur Kum'a Ndumbe III

Pendant ses 30 ans d’existence, l’œuvre de la Fondation AfricAvenir International s’est parfaitement inscrite dans le cadre de la réponse du Prince Kum’a Ndumbe III aux propos du Président, constituée dans son premier ouvrage publié au Cameroun le 03 octobre 1983 et intitulé « L’Afrique relève le défi !».

Le lauréat du Premier prix du concours des jeunes auteurs organisé en 1986 par l’Association des Poètes et Ecrivains du Cameroun (APEC) alors sous la présidence du Pr. Kum’a Ndumbe III, n’était autre que Mouelle Kombi, jeune auteur dans le temps, aujourd’hui Ministre des Arts et de la Culture du Cameroun. Son ouvrage « traduit de l’évènementiel » qui lui a donné la victoire au concours des jeunes auteurs et ensuite été publié par les éditions AfricAvenir en 1986, a été réédité par le même éditeur et augmenté du texte « une aube tragique » en 2016. Lors de sa visite dans la maison d’éditions, le Ministre l’a découvert avec beaucoup de fierté.

"Traduit de l'Evènementiel - Une Aube si Tragique"

Editions AfricAvenir

Narcisse MOUELLE KOMBI

En présence du Ministre des Arts et de la Culture, les trois premiers résultats des travaux du projet de trois ans sur la transmission de la mémoire collective ont été remis aux communautés d’origine des anciens dont la mémoire est diffusée aujourd’hui, à travers leurs Rois présents il s’agit :

  • Du livre « Quand les anciens parlent… »

Rois et Chefs Traditionnels ayant reçu chacun son exemplaire du livre "Quand les Anciens Parlent"

  • Du DVD « Quand les anciens parlent… »
  • Du livre « Dimbámbɛ́ lá Sáwá – Mambéndá másū na ɓedɛmo ɓásū » entièrement en langue duala

Le livre en langue duala « Dimbámbɛ́ lá Sáwá – Mambéndá másū na ɓedɛmo ɓásū » s’est vendu et a été épuisé le même jour ! Heureusement qu’il restait un exemplaire pour sa présentation le mardi 01 mars 2016 par son auteur, le Prince Kum’a Ndumbe III.

Suite à cette présentation, un panel constitué des Rois et chefs présents tels que SM Toto Bekombo, SM Ndofoa Zofoa, SM Yakuba Mohamadou, SM Mahamat Bahar Marouf, SM Dr. Doh Ganyonga III et le Prince Kum’a Ndumbe III, a nourri le débat sur la question des profondeurs du legs culturel et initiatique africain, pendant 6 heures de temps ! A AfricAvenir, les dignitaires de la tradition avaient enfin trouvé un espace où ils pouvaient pleinement s’exprimer, une opportunité qu’ils ont entièrement exploitée.

Le Panel des Rois, discutant du Savoir ancestral de l'Afrique Profonde

 La Rencontre Internationale de Douala a abouti à la signature de deux accords de partenariat :

La Signature de l'accord de partenariat entre le CICIBA et la Fondation AfricAvenir International

Deux institutions œuvrant dans le même sens que le Fondation AfricAvenir International, soit le Centre National des Arts et de la Culture de Gambie (NCAC) l’ONG SAVAMA-DCI du mali et dons les dirigeants respectifs sont Dr Baba Ceesay et Dr. Abdel Kader Haidara accompagné de Dr. Banzoumana Traoré, sont aussi entrées en partenariat commun avec la Fondation AfricAvenir International.Après les exposés des invités gambien et maliens sur leurs institutions respectives et la concordance parfaite entre les activités et les nôtres, et eu vu de la collaboration déjà existante entre ces institutions et de la Gerda Henkel Stiftung, un protocole d’accord de collaboration (Memorandum of Understanding) a été signé entre la Fondation AfricAvenir International, la SAVAMA-DCI et la NCAC en présence de SM Mahamat Bahar Marouf, Sultan du Logone-Birni, Sénateur, le jeudi 03 mars 2016

Signature du "Memorandum of Understanding" MOU Protocole d'Accord entre la Fondation AfricAvenir International,  l'ONG SAVAMA-DCI du Mali et le NCAC de la Gambie avec pour témoin SM Mahamat Bahar Marouf du Logone Birni, Sénateur.

Les trois institutions dont les responsables sont collectionneurs et conservateurs de biens culturels de valeurs inestimables et d'importance incontournable pour la préservation et la promotion de la mémoire collective africaine, chacune dans son domaine de spécialisation, ont séance tenante mis sur pied un "Comité International de Dialogue pour le Retour des Objets d’Art et de Culte". Le Sénateur SM Mahamat Bahar Marouf du Logone Birni, témoin de la signature du protocole d'entente, fait lui-même partie de ce Comité de Dialogue.

Comité International de Dialogue pour le Retour des Objets d’Art et de Culte

Une des articulations des plus marquantes de la Rencontre a sans doute été, l’inoubliable leçon inaugurale du Professeur Blaise Alfred NGANDO sur la recherche doctorale en vue d’une renaissance scientifique africaine : La Constitution de l’Empire Mandeng, ou la Charte de Kurukan Fuga de 1236. « L’éducation des enfants incombe à l’ensemble de la société (La puissance paternelle appartient à tous) […] N’offensez pas les femmes, elles sont nos mères […] N’humiliez pas vos ennemis […] Ne faites jamais du tort aux étrangers […]» Tels étaient les révélations du contenu de la constitution de l’Empire Mandeng du  Mali de 1236. Donc, 500 ans avant la révolution française, fécondatrice de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, en Afrique, il avait déjà été adopté une constitution prescrivant le respect des droits inaliénables de l’homme. Le Professeur d’Université, d’ailleurs seul Professeur agrégé de l’histoire du droit au Cameroun, Major de sa promotion au concours d’agrégation, Directeur du Centre de Ressources Documentaires de la faculté des Sciences juridiques et politiques de l’Université de Yaoundé II et avocat au Barreau des Hauts-de-Seine à Paris, a été grandement ovationné à l’issue de sa leçon inaugurale. Le Prince Kum’a Ndumbe III a salué l’envergure d’un jeune Professeur qui « […] se base sur les sources de l’Afrique profonde pour professer à l’Université […]  ». Les bourses offertes par la Fondation AfricAvenir International en partenariat avec la Gerda Henkel Stiftung dans le cadre du projet susmentionné, ont jusqu'ici été octroyées à 4 étudiants camerounais, dont 3 chercheurs en droit et un chercheur en histoire, respectivement des Universités de Yaoundé III et Yaoundé I. Les trois juristes ne sont autres que les meilleurs étudiants du Proeffeseur Ngando. Les 4 doctorants ont présenté leur projet de thèse devant leur Professeur et on bénéficié des critiques des Professeurs du Projet présents: Professeur Prince Kum'a Ndumbe III, émérite,  Professeur Nseme Clédor de l'Université de Yaoundé et Professeur Jules Assoumou de l'Université de Douala.

La leçon Inaugurale du Professeur Blaise Alfred Ngando de l'Université de Yaoundé II

La leçon Inaugurale du Professeur Blaise Alfred Ngando de l'Université de Yaoundé II

Les Boursiers et leurs présentations de Projet

Les Boursiers et leurs présentations de Projet

La remise aux médias, des trois publications susmentionnées des éditions AfricAvenir 2016, ainsi que des spécimens des manuscrits de Tombouctou par le panel constitué des Dr. Abdel Kader HAIDARA et Dr. Banzoumana TRAORE du Mali et des Professeurs Alfred NGANDO et Prince Kum’a Ndumbe III du Cameroun, fut aussi un épisode remarquable de la rencontre internationale de Douala.

La Cérémonie de Remise aux Médias

La Cérémonie de Remise aux Médias

Après la signature de l’accord entre les parties camerounaise, gambienne et malienne le jeudi 03 mars 2016, la correspondante d’AfricAvenir International qui a fait 25 heures de vols pour venir assister à la Rencontre, le Dr. Su-Kyung Han, a présenté aux étudiants et doctorants aux questions incessantes, son exposé sur  le thème «Copyright and the Internet »  et a ainsi clôturé la Rencontre Internationale de Douala.

Le Séminaire du Dr. Su Kyung Han

Le Séminaire du Dr. Su Kyung Han

Au vu de la première venue officielle d’un ministre membre du gouvernement camerounais en exercice et de surcroît du Ministre des Arts et de la Culture et des hautes personnalités susmentionnées, de l’immense couverture médiatique et de la présence des distingués invités venus de plusieurs continents, de la restitution solennelle à l’humanité, de la voix des anciens témoins de la Genèse du Cameroun et symboles d’une mémoire collective africaine sauvegardée, le pari d’une Rencontre Internationale réussie et marquant ses 30 ans d’existence, a été gagné par la Fondation AfricAvenir International, haut les mains !

La première articulation de cette Rencontre Internationale qui s'achevait sous ces belles couleurs, a eu lieu le 27 février 2016 au siège de la Fondation AfricAvenir International, dans la Bibliothèque Cheikh Anta Diop: il s'agit du siège du Conseil d'Administration englobant 5 nationalités différentes: Cameroun, Corée du Sud, Ghana, France, Autriche. Le siège du Conseil d'Administration a abouti à la publication des nouveaux statuts de la Fondation. Le Procès-verbal résultant du siège du C.A. révélant ses membres et les statuts sont disponibles sous le lien suivant:

http://fondationafricavenir.org/index.php/mission-statement/les-statuts

 

Clôture des Travaux: La Grande Photo de Famille

Clôture des Travaux: La Grande Photo de Famille

Recherche